20220120114253 EDC PARIS BUSINESS SCHOOL LOGO MONOCHROME BLEU

Participer à un événement

Évenement

Comment est calculé la taxe d'apprentissage en 2024 ?

ENTREPRISES

La taxe d’apprentissage 2024

La taxe d’apprentissage vise à favoriser l’égal accès à l’apprentissage et à contribuer au financement d’actions pour son développement. En 2022, les règles changent un peu.

Calcul, taux, assiette et modalités de la collecte, nous vous proposons quelques éclaircissements pour mieux comprendre le mécanisme de la taxe d’apprentissage.

Toutes les informations

Qu’est-ce que la taxe d’apprentissage ?

La taxe d’apprentissage est un impôt français, versé par les entreprises. Elle représente 0,9% de la masse salariale brute de l’année qui précède l’année en cours. En versant votre taxe d’apprentissage, vous contribuez fortement au développement de notre enseignement.

La taxe d’apprentissage a pour objectif d’aider au développement de l’apprentissage en France, en aidant financièrement les établissements de formation. Le cadre législatif figure aux article 1559 ter A à 1599 ter K du Code général des impôts, et aux articles L6241-1 et suivants du Code du travail.

À quoi sert la taxe d’apprentissage ?

La taxe d’apprentissage est collectée pour financer deux dispositifs :

  • Les dépenses liées à l’apprentissage.
  • Les formations technologiques et professionnelles.

Le montant collecté au titre de la taxe d’apprentissage, pour chaque entreprise, est ventilé en deux parts :

  • 87 % est destiné au financement de l’apprentissage. C’est la part principale.
  • 13 % est destiné à des dépenses libératoires effectuées par l’employeur. C’est le solde.

Bon à savoir : en Alsace-Moselle, l’intégralité de la taxe d’apprentissage est destinée au financement de l’apprentissage. Il n’y a donc qu’une part principale égale à 100 %.

Qui est redevable de la taxe d’apprentissage ?

La taxe d’apprentissage est due par les entreprises, si les conditions suivantes sont cumulativement remplies :

  • L’entreprise est soumise à l’impôt sur les sociétés ou à l’impôt sur le revenu.
  • Elle emploie au moins un salarié.
  • Son siège social se trouve en France.
La contribution supplémentaire à l’apprentissage

Le versement de la taxe d’apprentissage est accompagné de celui de la contribution supplémentaire à l’apprentissage (CSA). Elle figure aux articles 1609 quinvicies et suivants du Code général des impôts.

La CSA est calculée sur la même base que la taxe d’apprentissage. Elle est due par les entreprises de plus de 250 salariés redevables de la taxe d’apprentissage, qui emploient moins de 5 % d’alternants ou de jeunes accomplissant un Volontariat International en Entreprise (VIE) ou bénéficiant d’une Convention industrielle de formation par la recherche (Cifre).

Les entreprises comptant au moins 3 % d’alternants dans leurs effectifs peuvent être exonérées du paiement de la CSA si au moins l’une des conditions suivantes est remplie :

  • Le nombre de salariés en contrat d’apprentissage ou en contrat pro a augmenté de 10 % par rapport à l’année précédente.
  • L’entreprise relève d’une branche couverte par un accord prévoyant une progression de 10 % de leur effectif en alternance et cette augmentation est atteinte par rapport à l’année précédente.

Bon à savoir : la taxe d’apprentissage et la CFA sont rassemblées dans la contribution unique à la formation et à l’alternance.

Calcul de la taxe d'apprentissage

Déterminer l’assiette de calcul de la taxe d’apprentissage

Pour calculer le montant de la taxe d’apprentissage, il faut déterminer son assiette de calcul.

Elle est constituée de la somme des rémunérations brutes versées aux salariés et aux mandataires sociaux affiliés au régime de la Sécurité sociale de l’entreprise, l’année précédente. On parle de masse salariale. Les rémunérations brutes sont constituées des salaires et des avantages en nature versés par l’entreprise. À savoir, les salaires, les primes, les gratifications et les indemnités.

Ne figurent pas dans l’assiette de calcul de la taxe d’apprentissage :

  • les remboursements de frais professionnels (si un salarié bénéficie de la déduction forfaitaire unique, les frais professionnels doivent être réintégrés dans l’assiette de calcul de la taxe d’apprentissage. Cependant, elle doit être réduite de 10 %) ;
  • les sommes versées à titre de secours ;
  • les dommages-intérêts ;
  • les salaires des apprentis, lorsque l’employeur a jusqu’à 10 salariés.

Bon à savoir : l’assiette de calcul de la taxe d’apprentissage doit être majorée de 11,5 % pour tous les salariés dont la gestion des indemnités de congés payés est assurée par une caisse de congés payés. Cette majoration ne vaut pas pour les rémunérations des salariés en CDD d’une durée au moins égale à 1 an qui n’ont pas été déclarées à la caisse avec son accord, et pour lesquels l’entreprise assure elle-même le paiement des indemnités de congés. C’est notamment le cas pour le contrat d’apprentissage et le contrat de professionnalisation à durée déterminée.

À noter : l’assiette doit être arrondie à l’euro le plus proche.

Appliquer le taux de la taxe d’apprentissage

Le taux de la taxe d’apprentissage est de 0,68 %. Il se découpe en deux parts :

  • La part principale : 0,59 %.
  • Le solde : 0,09 %.

Pour les établissements situés en Alsace-Moselle, le taux de la taxe d’apprentissage est de 0,44 %.

Calculer le montant de la taxe d’apprentissage

Le montant de la taxe d’apprentissage est calculé selon la formule suivante :

  • Masse salariale x 0,68 %

En Alsace-Moselle, Masse salariale x 0,44 %

Imputer les éventuelles déductions

Certaines dépenses engagées par l’entreprise peuvent lui permettre de réduire le montant de la taxe d’apprentissage préalablement calculé. Il s’agit :

  • Des dépenses d’équipements et de matériels relatives aux formations des apprentis de l’entreprise au sein du CFA.
  • Des versements destinés à développer de nouvelles formations par apprentissage par les CFA, si ces dernières servent à former les apprentis de l’entreprise.
  • De l’embauche de plus de 5 % d’alternants lorsque l’entreprise a plus de 250 salariés. On parle de la créance alternance.

À noter : les frais de stage auparavant déductibles ne le sont plus.

Le montant qui peut être déduit est limité à 10 % maximum de la fraction de 87 % Il est calculé sur la base des dépenses réellement effectuées par l’entreprise au titre de l’année qui précède la déduction.

La déduction est imputable sur le montant dû au titre de la période d’emploi de janvier 2022.
Si le montant de la part principale est inférieur au montant de la déduction, alors le montant de la déduction n’ayant pu être imputé doit être reporté sur le montant dû en février 2022. Et ainsi de suite jusqu’à déduction complète.

Comment être exonéré du paiement de la taxe d’apprentissage ?

Sont exonérés mensuellement de la taxe d’apprentissage, les employeurs qui embauchent des apprentis, lorsque les rémunérations mensuellement dues par ces employeurs, telles qu’elles sont prises en compte pour la détermination de l’assiette des cotisations, n’excèdent pas 6 fois le montant du SMIC au cours de la période d’emploi au titre de laquelle les rémunérations sont dues (Code du travail, article L6241-1).

En pratique, ces conditions doivent être réunies sur le mois M-1 pour que l’entreprise soit exonérée du paiement de la taxe sur le mois M.

Depuis le 1er janvier 2022, la déclaration de la taxe d’apprentissage se fait auprès de l’URSSAF, en DSN.

La déclaration de la part principale de la taxe d’apprentissage est mensuelle (par exemple mi-février pour la période d’emploi de janvier).
La déclaration du solde de la taxe d’apprentissage est annuelle. Elle se fait sur la DSN d’avril.

Déclarer la taxe d’apprentissage

Comment s'acquitter de la taxe d'apprentissage

Payer la taxe d’apprentissage

Depuis mai 2023, le mode de collecte et de répartition de la Taxe d’apprentissage a changé.
A partir du 27 mai 2024, les entreprises affecteront leur solde via SOLTEA, la nouvelle plateforme mise en place par la Caisse des dépôts et Consignations (CDC). 

Le paiement de la part principale de la taxe d’apprentissage doit être effectué chaque mois.
Le premier paiement auprès de l’Urssaf est effectué lors des DSN du mois de février 2022, pour la période d’emploi de janvier 2022.

En 2022, le solde de la taxe d’apprentissage doit être versé directement aux établissements bénéficiaires par les entreprises, au plus tard le 31 mai 2022. Ces dernières sont donc libres de soutenir l’école de leur choix.

Vous pouvez décider d’affecter votre impôt à l’EDC Paris Business School. L’argent ainsi collectée permettra de financer des projets essentiels pour les étudiants :

  • Équipement des nouveaux campus en France et à l’étranger (équipement vidéo, informatique, salles de créativité).
  • Perfectionnement de l’incubateur.
  • Financement des Chaires (Entrepreneuriat & Business développement.
  • Innovation digitale, « Performance à 360° »).
  • Attribution de bourses d’études aux étudiants pour l’égalité des chances.
  • Développement de nouvelles spécialisations au sein des différents programmes.

Toutes les informations pour soutenir l’EDC Paris Business School sont disponibles sur ce document.

Bon à savoir : à partir de 2023, l’employeur devra effectuer le paiement du solde de la taxe d’apprentissage au titre des salaires versés en 2022, directement auprès de l’URSSAF.

Les fonds ainsi collectés seront reversés à la Caisse des dépôts qui sera chargée de les distribuer aux établissements sur choix et décision de l’employeur via une plateforme dématérialisée.

Objectif

Pourquoi faire une VAE ?

 

La VAE permet de sécuriser les parcours et de faciliter l'évolution professionnelle. Elle offre la possibilité de renforcer son employabilité, de s'engager dans une reconversion, de passer un concours ou encore d'obtenir une évolution de poste par l'obtention d'un diplôme validant les compétences acquises tout au long de son parcours.

 

Toute personne, quels que soient son âge, sa nationalité, son niveau de formation et son statut, est éligible au dispositif VAE

NB: Lorsqu'un candidat à une VAE est salarié, il peut bénéficier d'un congé de 48 heures afin de se préparer aux épreuves de validation. Cette durée peut être allongée par convention ou accord collectif. Durant son congé, le candidat à la VAE bénéficie du maintien de sa rémunération et de la protection sociale du salarié.

Prérequis

Quels sont les conditions d'accès à une VAE ?

 

La loi reconnait un droit universel à la VAE, sans durée minimum d'expérience. Toutes les expériences sont prises en compte dans le cadre d'une démarche de validation des acquis de l'expérience (Article L6412-1-1 du Code du Travail) :

 

  • Les expériences professionnelles, salariées, non-salariées, bénévoles et de volontariat 
  • Les périodes de stage 
  • Les périodes de formation initiale 
  • Les périodes de formation continue 
  • Les périodes en situation professionnelles (dans le cadre d'un enseignement conduisant à un diplôme technologique ou professionnel) 
  • Les périodes de mise en situation professionnelle (dans le cadre d'une reconversion ou d'une prise de poste)
Process

Comment se déroule une VAE ?

 

La Validation des Acquis de l'Expérience consiste à faire valider ses compétences par le certificateur titulaire de la certification professionnelle visée, par le biais d'un dossier écrit et d'une présentation orale devant un Jury. Le parcours de VAE comprend un accompagnement à la valorisation des compétences et, le cas échéant, des périodes de formation ou de mises en situation en milieu professionnel.

 

Les grandes étapes :

  1. Choix de la certification
  2. Prise de contact avec le certificateur
  3. Dépôt du dossier de recevabilité
  4. Accord ou refus du certificateur
  5. Accompagnement à la rédaction du Livret 2
  6. Dépôt du Livret 2
  7. Passage devant le Jury VAE
Financement

Comment financer une VAE ?

 

  • CPF : la VAE peut être prise en charge par votre compte CPF, toutes les demandes de financement sont à effectuer sur www.moncompteactivite.gouv.fr
  • Employeur : votre employeur peut également contribuer pour tout ou partie au financement de votre projet, via le plan de développement des compétences de l'entreprise.
  • Association Transition Pro : dans le cadre d'une reconversion professionnelle, prise en charge possible prise sur la base d'un montant forfaitaire dans la limite de 3 000 euros des frais de positionnement, d'accompagnement à la constitution des dossiers de recevabilité et de préparation au jury de validation des acquis de l'expérience, ainsi que les frais afférents à ces jurys.
  • Pôle emploi, OPCO et FAF : en onction de votre statut, en recherche d'emploi, salarié ou indépendant, vous pouvez bénéficier des fonds publics et mutualisés de la formation professionnelle pour financer votre VAE.
  • Agefiph et Cap emploi : des dispositifs de financement sont également accessibles aux personnes en situation de handicap, active ou en recherche d'emploi.